Les DRM, le partage, la liberté et les compromis

Récemment, le 4 mai, des blogs et des sites, dont le mien, vous signalaient la journée contre les DRM. J’vais laisser la bannière trainer encore un peu, comme ces feignasses qui ont encore des décorations de Noël qui pendouillent au balcon en mars… 😛

Les DRM consistent à brider l’utilisation d’un bien culturel (CD, DVD, etc) de façon à rendre sa copie difficile ou impossible. Une des conséquences est de risquer d’acheter un disque et de ne même pas pouvoir en réaliser une copie privée. Bizarre, cela sonne comme dans ‘ Taxe sur la copie privée ‘, celle que vous payez sur les CD et DVD vierges pour les pauvres Universal et Gautmont  qui sont sur la paille. (???)

Vignette extraite du blog BD http://www.nojhan.net/geekscottes/

Autre cas désagréable : ne pas parvenir à lire son CD sur son PC et à la place se cogner un message d’erreur. Oui, nous n’avons pas tous une chaine hi-fi et on peux apprécier de copier ses CD sur son PC afin d’y organiser sa bibliothèque et pouvoir écouter un morceau sans aller chercher le CD, créer des compilations, des playlist, etc.

Les DRM vous l’aurez compris est une sorte de tentative de garder les griffes sur le butin en coupant courts à toute liberté d’utilisation. Chaque disque acheté : une pigeonnade offerte ! Avec le développement des DRM nous allons en venir à regretter les bonnes vieilles K7 audio. Leur durée de vie était limitée mais on pouvait les copier à l’envi, refiler aux potes, faire des compilations, enregistrer ce qui passe à la radio, etc. À l’époque les gourmands n’avaient pas encore eu l’idée farfelue d’interdire et traquer toute forme de partage jusqu’à en devenir invasif.

Il existe des logiciels anti-DRM pour pouvoir tout de même lire, extraire et/ou copier le contenu de votre CD.

On peut aussi choisir de ne plus acheter de CD et d’écouter autant de musique libre que possible.

En savoir + sur les DRM :

http://www.april.org/drm

http://www.numerama.com/magazine/18692-la-journee-internationale-contre-les-drm-c-est-aujourd-hui.html

http://www.pcworld.fr/2011/05/04/high-tech/aujourd-hui-luttons-contre-drm/514987/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Gestion_des_droits_num%C3%A9riques

 

En savoir + sur le musique libre :

En écouter

http://www.dogmazic.net/index.php?op=edito

http://www.jamendo.com/fr/

La comprendre :

http://fr.creativecommons.org/

 

 

10 réflexions sur « Les DRM, le partage, la liberté et les compromis »

  1. Ce qui est bizarre, c’est que j’ai l’impression que l’essort des DRMs, j’ai l’impression que c’est tout jeune ! (ou alors on en parle plus…)
    Y’a environ 5 ans quand on achetais encore pas mal de CDs dans ma famille, j’n’ai jamais eu de problèmes pour graver tout ça ! 😮

    (edit : wow, dure ta questio anti spam ! oO)

    1. ça dépend des maisons de disque…
      et de sur quoi tu tombes.
      ça va vraiment d’un extrême à l’autre mais cela tend à empirer.

  2. Dans le domaine des jeux vidéo c’est encore pire, avec l’obligation systématique de disposer d’une connexion à internet même pour un jeu solo. Et lorsque l’on lit le contrat à l’installation il est spécifié que l’on donne le droit à l’éditeur de « prélever des informations personnelles sur l’ordinateur ».

    Et effectivement, quand on joue on voit le switch s’affoler, parfois même ça lag quand la connexion internet déconne (je parle toujours d’un jeu solo).

    Donc la solution c’est jeu cracké + blocage du programme dans le parefeu Windows. Ils disent que le piratage fait baisser leurs ventes. Non ce sont leurs conneries qui font ça.

    Accessoirement, disposer d’un PC-Windows ‘poubelle’ uniquement pour les jeux sans aucun fichier confidentiel.

    1. Eh bien tu vois justement j’ai récemment acheté un jeu vidéo sur PC pour l’offrir, j’ai voulu l’essayer avant. Il fallait créer un compte sur la plate-forme internet du créateur du jeu, impossible de lancer la moindre partie, même hors-ligne, même solo, même le didactitiel du jeu sans créer ce compte, et bien sûr un seul compte autorisé par jeu. Et puis bonjour le contrat de 15 pages en petits caractères…
      Avec ces nouveaux jeux on ne peut même plus se distraire l’esprit tranquille, ça perd tout intérêt… on peut pas les prêter aux copains non plus à moins de leur donner nos identifiants pour le compte sur internet, mais du coup ils peuvent pas jouer leur propre partie et puis il faut avoir confiance…
      Bref, du foutage de gueule…

  3. C’est pour ça que je joue que avec des jeux libres 😛

    Concernant la Betamax, cf wikipedia

    «La conclusion du procès, qui a fait jurisprudence, a été que le magnétoscope enregistreur ne permettait pas seulement d’enregistrer des programmes protégés par les droits d’auteurs, et qu’ainsi, on n’allait pas interdire un outil par présomption de culpabilité.»

    Donc on ne condamme/filtre/bride pas le p2p par présomption de culpabilité, etc ?

  4. Sympa le post. Je crois que WordPress a un truc pour les anniversaires, j’essayerai de voir si je ne peux pas l’intégrer.
    Sinon je me rappelle que quand Sony avait essayé d’implémenter un dispositif pour empêcher la copie d’un CD, ils s’étaient faits own pour violation de la licence d’un programme sous GPL, attends j’essaye de trouver une source.
    Ça y est : http://en.wikipedia.org/wiki/Sony_BMG_copy_protection_rootkit_scandal [-]
    C’était un joli epic fail en fait ! ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: