Ça devait finir par arriver

Vous ne pouvez pas prétendre ne pas avoir été prévenus. Tout les signes étaient présents mais comme vous y restiez indifférents de nombreuses personnes ont pris la peine de vous en parler, pour finalement essuyer votre dédain. Prendre avec autant de légèreté un problème aussi sérieux n’était pas très intelligent.

Nous avons fait de notre mieux de notre côté. Nous avons refusé de venir vous voir, avançant l’argument des billets de trains trop chers et des autoroutes bouchées. Nous avons comparé les coûts, oganisé des événements pour vous attirer par ici, nous n’avons pas ménagé nos efforts ! n

Hélas, nul n’est prophète en son pays.

Ce matin à 7h19, la personne de trop est entrée dans Paris. Paris même comme on dit. Nous ne saurons jamais quel motif l’avait poussé à une telle folie, car il est mort sur le coup. La densité de Paris, après son arrivée, a passé la barre des trente-cinq habitants au m². Les mesures de circulation verticales, de métros à étages, de division des studios en trois avec multiplication des loyers par cinq, n’étaient qu’un pansement sur une jambe de bois. Aucune ville au monde ne peut supporter une telle pression !

Ça a commencé par une explosion localisée Porte d’Italie qui emporta l’agent déclencheur et tous ceux dans un rayon cinq-cent mètres autour de lui. Puis par effet domino des amas de personnes ont été poussés et écrasés les uns contre les autres, créant une ligne de la mort de la banlieue jusqu’à Châtelet. Châtelet… de ce point jadis lumineux de la capitale ne restent que des ruines. Cendres, cadavres et désolation, les catacombes font à présent pâle figure face à Châtelet. Les gares et les cimetières, zones les plus surchargées, ont suivi peu après. Enfin ce fut le tour de toutes les zones de commerce et quartiers d’affaires pour finir par les résidences.

Un cratère marque à présent les cartes de France.

Il fallait fuir tant qu’il était encore temps…

4 réflexions sur “ Ça devait finir par arriver ”

  1. Je suis plutôt difficile sur ce type de récit (fiction) mais j’ai bien aimé, c’est bien raconté.

    Je pense que ce qui m’a plu c’est la manière dont la catastrophe arrive, l’élément déclencheur est original, décalé.

    De plus, sujet écolo/futuriste/urbain, un bon point également.

    Pour finir, le fait de citer plein de lieux (précis ou communs) permet de mieux rentrer dans le récit, de se l’imaginer.

    Je crois que c’est à peu près tout ^^

    1. Oui l’ancien thème était un peu lourd visuellement. Avec celui ci on se recentre sur le contenu.
      Par contre, en quoi la surpopulation de Paris est-elle futur ? 😛

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: