couverture

À couvert pour penser sans être vu⋅e, seul⋅e ou dans une cabane en couvertures. La musique est dans les oreilles qui l’écoute, la poésie dans les yeux de qui la regarde. Je ne serai plus là quand vous ouvrirez la marmite. Se réfugier et dissimuler mes traces pour revenir ce soir et enfin être à ma place. L’agitation m’indique quand partir, l’ennui est mon étoile du berger. La solitude est meilleure en bonne compagnie, la nuit a toujours sa place dans mon amour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: