Archives pour la catégorie Clown

Chartes de mes humeurs. Document de référence.

Chartes de mes humeurs. Document de référence.

Apprenez à interagir avec moi de la bonne manière en vous aidant d’indices simples et voyants !

Par Biaise

  1. J’ai mal au dos. N’approchez pas. Ne me parlez pas. Ne me touchez pas. Évitez toute interaction non sollicitée. Quittez la pièce. Quittez le bâtiment. Priez.
  2. J’ai oublié une prise de mon anti-dépresseur. Mêmes consignes que ci dessus mais vous pouvez rester dans la pièce si vous restez calme. M’apporter du chocolat de haute qualité est une excellente idée.
  3. Ma mère m’a téléphoné. Parlez doucement, soyez attentionnés, aucun geste brusque.
  4. J’ai mal dormi. Parlez doucement. Aidez moi à me faire un truc à manger.
  5. Je suis levé⋅e depuis plus d’une heure et aucun incident fâcheux n’a encore eu lieu. Le point de neutralité est atteint. Mon environnement devient sain.
  6. Je headbang sur du black metal ou du metal lyrique, venez headbanguer avec moi dans la joie. Par contre j’aurai besoin d’un peu de baume du Tigre par la suite.
  7. J’ai préparé le petit déjeuner pour tout le monde. On dit merci et on mange. La journée est bien partie !
  8. Je suis en train de remplir de la paperasse administratif sans même rouspéter. C’est le bon moment pour me demander des choses, je suis dans des dispositions exceptionnelles.
  9. Je suis sorti⋅e de chez moi. Soyons fous !
  10. Je suis sorti⋅e de chez moi ET de mon quartier, FIESTA !

Veuillez commenter « lu et retenu ». À partir de là, toute infraction à la charte sera considérée comme une agression volontaire et profondément hostile.

Question de point de vue :)

Ce soir, sur un chan IRC que je fréquente…

[18:17] <Lui> PUTAIN
[18:17] <Lui> Ce soir y’a une super soirée (10€, OB, et des filles partout), et personne n’est motivé. 🙁
[18:17] <Lui> Je suis tristesse et déséspérance.
[18:18] <Moi> bah si, les filles
[18:18] <Moi> elles vont bien s’amuser sans vous 🙂
[18:21] <Lui> Ben non.
[18:21] <Lui> Une soirée unisexe c’est pas drôle.
[18:22] <Lui> (et c’est une fille qui m’a proposé :p)
[18:22] <Lui> (c’est une soirée d’une autre école)
[18:27] <Moi> [18:21] « <Lui> Une soirée unisexe c’est pas drôle. »
[18:27] * Moi sourit doucement
[18:27] <Moi> pauvre homme persuadé de son indispensabilité 🙂

J’en pleurerais d’amusement. 😉

Et glou !

Il y a quelques années, une bonne partie de ma famille fut invitée au mariage d’un lointain cousin. Alors qu’elle tentait de discipliner mes cheveux, grand-mère m’expliqua que l’ambiance ne serait pas celle à laquelle j’étais habituée. Pour moi un mariage c’était mairie, église, puis tous à la salle polyvalente du village pour danser sur DJ Didier et manger des tas de mets très gras entrecoupés de deux trous normands. Hips ! Non là, m’expliqua grand-mère, ce serait un peu snob, le cousin et sa femme ne sont pas tout à fait comme nous, il faudra rudement bien se tenir. Il va nous faire manger dans un restaurant réservé entièrement pour l’occasion, la nourriture sera bizarre, les gens danseront peu.

Je gardais bien tout cela en tête durant l’ennuyeuse cérémonie, mon estomac dans les talons, pressée de me faire offrir le restaurant. C’était très rare que je mange au restaurant ! Et à chaque fois c’était parce qu’on m’y invitait et j’étais un peu gênée. Mais comme grand-mère a dit que le cousin a plein d’argent, je ne me sentais pas trop coupable ce coup ci.

Mon chignon presque parfait et moi-même avons trouvé place à une des longues tables blanches et ornées de fleurs, de vraies fleurs ! Pas celles en tissus ! Grand-mère me réprimanda alors que je commençais à taper dans mes dragées. Grand-père me présenta toute la tablée mais je ne retenu aucun nom.

Des gens s’agitaient, des serveurs rudement bien habillés circulaient. Mon oncle se marrait très fort car il m’avait demandé de l’appeler « Oncle Nomdefamille De Bordeaux » et non pas « tonton » et j’avais tenu bon. Les snobs se retournaient sur notre passage avec admiration, car que voilà d’adorables manières ! C’était la grosse marrade pour nous autres. Mais j’avais quand même un peu l’impression d’être en territoire ennemi.

Enfin on servit la nourriture. J’étais un peu déçue par la faible consistance du contenu de mon assiette. Mais enfin arriva un serveur avec une bouteille de vin dont l’étiquette avait tant de fioritures que c’était plutôt bon signe. Je tendis mon verre alors qu’il approchait et le vit hésiter un instant. Grand-père lui adressa un signe d’approbation et c’est avec un air attendri que le serveur classieux servit une toute petite lichette de vin à l’adorable fillette de 10 ou 11 ans qui lui tendait son verre. Mes grands-parents commençaient à rire dans leur barbe tandis que les convives que je ne savais identifier prenait un air outré de circonstance. Regardant autour de moi, j’ai compris avoir commis un impair en voyant les enfants de mon âges, et quelques un plus âgés, se faire servir de la limonade et du coca…

Je repris alors un peu d’assurance et entrepris de goûter le vin, car vu la quantité je ne pouvais pas vraiment parler de « le boire.  »

Je fis une grosse grimace qui donna un sourire au serveur. Il s’approcha en minaudant :

« Alors ma petite, c’est trop fort ? On n’a pas l’habitude ?

– Ah bah si heh, répondis-je avec véhémence, mais il est bouchonné vot’ vin ! »

Grand-mère enfouis sa tête entre ses mains, grand-père plongea dans son verre d’un air expert, approuva mes dires, et le serveur repartit avec la bouteille.

C’est drôle la couleur que prend le visage des snobs attablés autour d’une belle table blanche quand ils ressentent à la fois un grand choc et un besoin de ne pas émettre de commentaires.

 

Les habitudes que j’ai du perdre en revenant d’Argentine

De février à juillet 2011, j’ai séjourné en Argentine, dans la ville de Santa Fe. C’était dans le cadre d’un échange universitaire. J’ai raté mon semestre et mon année pour certaines raisons que je ne suis pas d’humeur à évoquer maintenant. Je vais lister les habitudes que j’ai du perdre en revenant d’Argentine. Cette idée m’a été inspirée par The Economiss sur twitter qui listait les habitudes qu’elle devrait perdre en revenant d’Inde.

 

Vous trouverez des récits sur mon séjour qui vous aideront à comprendre cette liste dans la rubrique Voyage du blog. 🙂

  • Prendre le taxi pour traverser la ville et le payer moins cher qu’un ticket de métro français
  • Que le chauffeur du taxi ne parte que quand il m’a bien vue rentrer chez moi en sécurité, qu’il m’aide avec mes bagages
  • Le demi-lit dans le bus en tarif normal, avec plateau-repas, couverture, toilettes et DVD, le vrai lit en première classe
  • Les trajets de 17 heures (ce qui explique les bus :P)
  • Les empanadas bien dodus à emporte qu’on peut trouver partout
  • Demander « végétarien » pour un plat au fromage et à l’œuf, et faire croire au cuisinier choqué que j’ai une grave maladie m’empêchant de manger de la viande
  • Les mecs qui me voyant courir après un autre en gueulant « voleur voleur ! », se mettent à le poursuivre en voiture pour m’aider, c’est pas tous les jours qu’on vit une scène de film d’action !
  • Les gens qui adorent apprendre une autre langue, essaient d’apprendre la tienne, aiment t’enseigner la leur
  • les flics qui font gentiment « coucou » et nous jettent une pièce quand j’étais assise sur le terre-plein du boulevard avec mes potes artistes de rue en train de tirer sur un pétard
  • les gros hot-dog à 5 pesos
  • la pâtisseries et glaciers à tous les coins de rue, vendant des VRAIS gâteaux (et pas ces merdes d’amas de génoise et de crème qu’ils font en France) et ouverts jusqu’à 22h ou minuit
  • LA SIESTA ! (snif bouuuuh ça me maaaanque)
  • les profs protestants contre le nouveau planning car y a cours pendant la siesta
  • Trouver un peu partout des gens pour partager un maté
  • Pouvoir siroter mon maté en public car je sais qu’il y a des distributeurs d’eau chaude partout, et que les commerçants solidaires m’en donneront sur mon chemin si je demande gentiment
  • Pouvoir siroter mon maté en public car les gens ne croient pas que je fume une mixture étrange de drogués
  • Que les gens n’essaient pas de gratter ma place dans une file d’attente
  • Les fonctionnaires et administrations arrangeantes, souples, faisant tout leur possible pour me faciliter la tâche, justement parce que je suis étrangère
  • Les auberges abordables pour voyager
  • Les piscines dans les auberges bon marché dans le nord du pays…
  • Les cris des oiseaux tropicaux
  • Les gros chiens dans la rue, qui font peur, mais sont doux comme des agneaux
  • Les trottoirs propres car chacun nettoie chaque jour sur son palier et que les chiens errants font popo dans le caniveau (sinon y sprend un coup de jet d’eau)
  • La circulation en ville sans feux, les bastons de regard pour savoir si on peut traverser,
  • Les manifestants qui chantent tout le temps (j’ai d’abord cru à une fanfarre)
  • Les Mafalda affichées partout
  • Les BD Maitena dans toutes les librairies
  • Me sentir comme une mafieuse avec mes grosses sommes en espèce sur moi pour payer le loyer
  • Les kiosko ♥
  • Boire une bière avec une paille dans la bouteille en pleine rue (¡ Con esta calor todas las cervesas estan ricas !)
  • LA SALLE D’ARCADE GIGANTESQUE !

Une lettre qui j’espère sera lue par la petite mama Noëlle

Chère mama Noëlle

 

Je ne fais pas souvent appel à tes services. Je suis plutôt débrouillarde dans la vie tu ne trouves pas ? Cette année, j’ai même pu me payer une Nintendo 3DS et j’ai presque pas vendu ma cul pour l’avoir. Y a pas à tortiller du cul pour chier droit : je gère !

 

Quand j’étais petite, au coin du radiateur, mes grands-parents nous contaient une drôle d’histoire, au sujet d’une créature légendaire : le CDI. Croyant à d’éternelles fadaises d’adultes qui se la racontent devant des enfants naïfs, j’ai longtemps cru que jamais je n’obtiendrais une chose pareille. Mais cet été : ça alors ! J’ai signé un CDI de mes propres mains.

 

Il ne me reste plus qu’à obtenir un pavillon en lotissement résidentiel, un adorable labrador et un mariage fertile pour gagner ce que les vrais adultes, responsables et tout, appellent le « bonheur ». Et là je vais avoir besoin d’un petit coup de main.

 

Pas pour le pavillon, je préférerais une maison en pierre au milieu de la forêt avec plein de neige et de hiboux et de coucous et de hiboux et de coucous et de hiboux et coucouhiboucoucouhiboucoucou♪ … Avec un poêle à bois et un gros fauteuil moelleux et une bibliothèque géante… et l’accès à internet en haut débit bien entendu.

 

Pas pour le labrador, j’ai déjà mes chats : Sudo et Raghnarok. Sudo est un peu neuneu et Raghnarok a tout le temps l’air grognon, mais ce sont de super chats ! Lundi dernier, y en a même un qui a pissé sur ma couette, qu’est-ce qu’on s’est marré ! Alors comme ils ont eux aussi le sens de l’humour, je les aient oublié sous la douche, ils ne m’en ont probablement pas voulu.

 

Pas pour la fertilité non plus, je crains que si mon génome se répande, la planète soit foutue pour de bon !

 

Par contre, pour la vie conjugale, j’aurais besoin d’un sacré coup de pouce !

 

Vois-tu mama Noëlle je suis bisexuelle ou comme disent certains « à voile et à vapeur ». Mais depuis quelques temps, les messieurs me semblent bien fades je dois le reconnaître.

 

Alors je voudrais une petite copine, une petite chérie, une amie amante amoureuse, une moitié, ou un tiers, ou un quart. Une nana qui me laissera gaga. Je ne suis pas compliquée, mama Noëlle, mon cahier des charges sera succin et raisonnable.

  • Il faudrait qu’elle soit rousse, ou bien blonde, ou bien châtain, ou bien brune, et si elle a une couleur fantaisie, ça me convient aussi. J’aime bien les cheveux moi dans la vie, si elle n’a pas de cheveux ce n’est pas grave, je tresserai ses poils aux aisselles, ce sera rigolo;
  • Qu’elle me fasse des gratins de patates quand je suis triste, car les patates, c’est très important, il faut en saisir toute l’ampleur. Quand je ne serai pas triste, je lui ferai des gratins de patates, comme ça nous vivrons heureuses et nous mangerons beaucoup de gratins de patates. Les patates rissolées ça compte aussi;
  • Qu’elle soit OK pour que je mette des paillettes un peu partout jusqu’à arriver à chier argenté. Ça aura un succès fou à la foire, on deviendra riches;
  • Qu’elle aime les livres, au point de tolérer l’encombrement de ma collection de romans, essais, bandes-dessinées, revues, journaux, prospectus, nouvelles et cahiers. Se servir de piles de livres comme de meubles me semble tout à fait banal, alors prépare la psychologiquement;
  • Que ça ne lui fasse pas peur quand je la regarde fixement tel le chat en plein baston de regard, c’est un signe d’affection chez moi;
  • Qu’elle veuille bien me gratter entre les oreilles et sous le menton et me frotter le bidon;
  • Qu’elle veuille bien faire de même avec mes chats;
  • Si en plus elle a aussi des chats, ce sera trop chouette;
  • Qu’elle soit d’accord pour qu’on joue en secrètement en alliance à Risk pour enfin régner sur le monde et épater nos ami-es;
  • Qu’elle m’aide à passer les missions difficiles sur les Final Fantasy;
  • Qu’elle échange des Pokémons avec moi;
  • Qu’elle ne soit pas du genre à mettre un Aspicot niveau 2 sur la plate-forme d’échanges miracles, je ne fréquente pas ce genre de personnes;
  • Qu’elle promette de ne jamais, jamais, jeter sa bague de fiançailles, si je lui en donne une un jour, dans le feu de la Montagne du Destin;
  • Qu’elle partage mon ambition d’un jour chevaucher un Hippogriffe;
  • Qu’elle soit d’accord pour ponctuellement considérer un gâteau au chocolat comme un repas complet;
  • Qu’on s’écrive des lettres d’amour avec des pâtes alphabet;
  • Qu’elle soit en petite tenue le matin au réveil, ça m’aide à ouvrir les yeux;
  • Qu’on fasse des forts en couvertures et coussins;
  • Qu’elle préfère les bonbons rouges et roses, parce que moi je préfère les jaunes et les verts, comme ça on pourra manger des bonbons en équipe soudée;
  • Qu’elle apprécie les batailles de boule de neige;
  • Si elle n’apprécie pas les batailles de galets sur la plage de Banyuls/mer, je comprendrai tout à fait, c’est une tradition familiale obscure et je ne voudrais obliger personne;
  • Qu’elle n’ai pas trop peur de mon papa, en vrai il ne mord pas, il est très gentil, et il fait vachement bien les gâteaux;
  • Qu’elle soit super impressionnée par mes talents inutiles, comme monter les blancs en neige à la main(en effet chez moi on n’a pas le droit d’utiliser un batteur électrique avant sa majorité), ou plier mes doigts à l’envers, ou parler japonais dans mon sommeil alors que je ne sais pas parler japonais.

 

Tu sais quoi mama Noëlle ? Cette histoire de liste, finalement, c’est surtout pour plaisanter et faire un peu ma pénible. Mais en vrai, j’voudrais juste une chérie tendre, bienveillante, qui aie vraiment envie qu’on fasse un bout de chemin ensemble. Une qui préfère réparer à jeter, si tu vois ce que je veux dire. Mais tu le sais très bien, hein, mama Noëlle, papa Noël et toi avez plein d’XP en vie de couple depuis le temps ! Enfin, je dis « couple », moi, si on est plus que deux, ça me convient très bien.
Au fait, comment va votre fille ?

Bisous,

 

Biaise.