C’est fatigant de ne pas se connaître

« Connais toi toi même », c’est de Socrate, rapporté par Platon, il me semble. « Aime toi toi même » ça je ne sais pas d’où ça sort.

Me connaître moi même, je ne sais pas si j’y arriverai un jour. Et je trouve perverse l’idée qu’il faille forcément faire preuve d’amour propre avant d’aimer les autres. Les personnes souffrant de maladies mentales sont souvent sujettes à la dépression, à des angoisses, sont très exigeantes envers elles même, ce qui n’affecte pas leur capacité à aimer autrui. Et d’ailleurs, je ne pense pas qu’il faille forcément aimer une personne pour bien se comporter avec elle, lui venir en aide. Il y a des gens pour qui je n’éprouvent aucun respect, qui représentent tout ce que je méprise dans le monde, ce n’est pas une raison pour les laisser souffrir sans faire un geste. Quel rapport avec moi ? En quoi suis-je une référence ? Ce serait odieux.

Voici un dessin que j’ai fais hier. Moi tenant un autoportrait absolument pas ressemblant, on dirait vraiment une autre personne sur le dessinJ’ai dessiné ceci avec l’intention de réaliser un autoportrait. Et c’est ce qui m’est venu sur le moment. Je connais ce visage, mais ce n’est pas celui que j’ai vu dans le miroir après avoir dessiné, ce n’est pas non plus celui que j’ai sur cette même photo.

Ce n’est pas grave. Cela m’arrive tout le temps. Je regarde dans le miroir et on me regarde en retour. Je me soucis d’événements qui ne me sont pas arrivés. Je ne reconnais plus mon nom, je ne reconnais plus mon corps, je ne reconnais plus mon odeur. Ces choses là m’arrivent parfois. Cela peut être perturbant, angoissant. Des expériences similaires sont parfois décrites par des psychiatres qui présentent alors cela comme des psychoses, des hallucinations. Dans les fictions ces choses là servent d’alibi pour faire du personnage un meurtrier ou un agresseur, c’est pratique. Ce n’est pourtant pas ce que vous croyez. Je ne vis pas cela en délirant, fiévreux⋅se, balbutiant des inepties. Je ne suis pas non plus convaincu.e d’être possédé⋅e ou d’avoir un double maléfique et je ne vais pas non plus blâmer une autre personnalité pour mes erreurs.

Je suis bien des gens et je vis dans bien des réalités, je ne vois pas pourquoi ces personnes et ces réalités devraient forcément s’exclurent. J’en ai assez que des jaloux de ne pas vivre dans un univers aussi vaste que le mien tentent de me soigner.

J’ai mal aux jambes et aucun médecin ne prend cela au sérieux. Alors soignez donc ça. Le reste je m’en charge.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: