Archives de catégorie : Geek

Déménagement du site : le tuto exclusif pour vous mes fans !

Hey ! Z’avez vu ça ! J’ai déménagé ! J’ai fais ça cette nuit durant que vous dormiez innocemment. Y a pas à dire je suis fourbe…

Je me suis décidée à prendre une bonne habitude de geek. Quand je termine un boulot, en faire un tuto. Mais j’ai un peu honte car tout cela était quand même honteusement facile (enfin rassurez vous hein, j’ai quand même trouvé moyen de foirer des détails, on va rigoler un peu).

 

L’apéro

  • Avertissement : Ce tuto ne prend pas en compte le fait que vous soyez en auto-hébergement, si c’est le cas vous n’avez certainement pas besoin de moi. Ce tuto est le fruit de ma première expérience personnelle en la matière et pour des renseignements de qualité concernant votre CMS ou les particularités de votre hébergeur, commencez par consulter leur documentation, c’est la meilleure chose à faire avant de commencer à toucher à quoi que ce soit. Ce tuto à mes yeux s’il peut être utile peut l’être aux personnes ne sachant vraiment pas par quel bout commencer. En cas de cas particulier ou d’erreur référez vous à la doc qui convient le mieux.
  • Une connexion internet qui ne déconne pas trop, sinon vous allez bouffer vos doigts de rage durant les transferts FTP
  • Un pote qui-s’y-connait en ligne pour vous empêcher de faire des conneries et économiser un peu de lecture de doc fastidieuse. Ici pour servir votre serviteuse, le grand Xavier de http://maniatux.fr/ ! Son prénom commence par un X donc il a la classe !
  • L’accès à l’interface magique PhpMyAdmin de votre base de données
  • Un nouvel hébergeur, bah oui évidemment, patate !

 

Entrée froide

  • Si votre site héberge un blog ou un autre CMS comme piwigo par exemple, vous avez sûrement une base de données (BDD, on va pas se faire chier hein !).  Il va falloir la sauvegarder pour ensuite la placer chez votre nouvel hébergeur. En fait, le succès de l’opération tient dans le fait que PhpMyAdmin a une interface prévue pour que même un bonobo placé sous l’emprise de LSD arrive à s’y retrouver. Vous arrivez dessus, dans la colonne de gauche vous cliquez sur le nom de votre BDD. Vos tables vont alors s’afficher (y a aussi un cours à l’usage des bonobos en pleine sysnesthésie artificielle pour vous apprendre le BA-BA sur les BDD histoire de savoir de quoi on parle là : http://www.siteduzero.com/tutoriel-3-14488-presentation-des-bases-de-donnees.html Et ne prenez pas peur au premier paragraphe : NON pas besoin de connaître PHP pour comprendre). Bon, où en étais-je avant d’être grossièrement interrompue par mes propres parenthèses opportunistes ? Ah oui ! Donc vous voyez votre BDD, ses tables, saybô comme un nouveau né (beurk). Il y a plusieurs onglets au dessus, dont l’onglet « exporter ». Cliquez dessus fermement, montrez lui qui est le maître !
  • Là vers la gauche vous choisissez de sélectionner toutes les tables, ensuite vous foutez la paix aux options elles sont très bien comme ça… Puis vous choisissez une compression (la ligne là vers le bas avec un choix multiple) c’est plus pratique. Et paf ! Plus qu’à sauvegarder l’archive et de pas la perdre.
  • Bon si vous être auto-hébergé, c’est pas à moi qu’il faut demander comment créer une BDD. Si vous êtes une feignasse dans mon genre vous cliquez sur « créer BDD » ou « nouvelle BDD » il doit y avoir un truc du genre. À partir de là votre hébergeur doit vous fournir quelques informations indispensable, à noter en sûreté quelque part : le nom de la BDD, votre nom d’utilisateur (parfois c’est le même, attention c’est votre nom d’utilisateur de la BDD, pas celui valable pour le reste de votre site, blog, autre), votre mot de passe et votre hôte. Vous aurez besoin de ça de temps en temps
  • Là, réfléchissez. Oui car je ne connais pas votre situation paticulière alors va falloir réfléchir un peu par toi même grosse moule ! Si vous avez, genre, un CMS (chais pas moi comme WordPress par exemple) vous devez vous souvenir avoir un jour rempli, soit sur un fichier truc-conf à coup d’éditeur de texte, soit via une belle interface sécurisante, des informations sur votre ancienne BDD pour dire au CMS où il doit aller chercher sa nourriture. Il va falloir les modifier. Dans le cas de wordpress, souvenez vous, il s’agit du fichier wp-conf qui se trouve à la racine du répertoire. Si vous avez gedit comme éditeur de texte et n’avez pas changé les préférences c’est trop rigolo car les champs à modifier sont en rose. Huhuhu ! Il m’en faut peu… BREF repérez les champs qui vous réclament des trucs du genre « USER » « NAME » ou encore « PASSWORD » et c’est là. Nan je ferai pas des captures, vous êtes grand-e-s, les livres avec des images c’est finit !
  • Maintenant que tout est configuré comme il faut, on peut ranger les tables dans leur nouvelle maison. Allez à présent sur l’interface PhpMyAdmin de votre nouvelle BDD vierge et pure afin de la souiller, mais restons polis ! On clique sur la BDD qui s’exhibe dans la colonne de gauche avant de cliquer déééééééééélicatement sur son onglet «importer ». Là vous n’avez plus qu’à choisir l’archive sauvegardée tout à l’heure, valider, foutre la paix aux options et c’est fait.
  • Oui, c’est fait ! Vous allez pouvoir dire, la tête haute, à tous vos potes noobs : « Ouaip moi ce week-end j’ai juste déménagé ma Base De Données MySQL (ou autre hein), ça m’a pris 5 minutes quoi… »

 

Plat chaud

  • Maintenant on va faire un truc encore plus facile sauf que ça va être plus chiant et faire chauffer un peu le bouzin. Grâce à votre client FTP préféré, récupérez touuus vos fichiers depuis l’ancien site et mettez les sur le nouveau.
  • Je précise que si vous ne savez pas utiliser un client FTP, c’est pas mon problème. FileZilla a une interface graphique vous pourrez donc comprendre d’instinct comment ça marche
  • Et maintenant, il faut patienter… et ça prend du temps… beaucoup de temps…

 

Dessert

  • Pendant quelques temps certains de vos visiteurs ne seront pas au courant que vous avez déménage, nous allons donc les rediriger.
  • Créez un fichier html nommé index. Dedans, écrivez (copiez-collez quoi) uen balise meta ainsi foutue : <meta http-equiv= »REFRESH » content= »0;url=http://monnouveau.site » content= »text/html; charset=utf-8″ /> Si vous n’utilisez pas UTF8 comme charset sachez que c’est à cause de gens comme vous que chaque jour la banquise font un peu plus, réduisant la population d’ours polaires !
  • Vous pouvez à présent le ranger à la place de l’ancien index de votre site. Vous pouvez aussi en faire un à mettre dans un répertoire /blog, des fois que des gens avaient mis en favoris directement l’adresse du blog qui était un truc comme votre.site/blog, nan ? Vous êtes si prévisibles…

 

Digestif

  • Ça y est vous avez suivi tout le tuto ? HAHA je vous ai bien eus ! Si tout va bien et que vous avez un wordpress celui ci a désormais un problème. Yep, il est encore persuadé d’être encore sur l’ancien site ! C’est normal il a encore l’ancienne adresse d’enregistré où il faut pas… Pour remédier à cela suivez ce tuto de 3 lignes trop fastoche : http://codex.wordpress.org/Moving_WordPress#If_you_have_accidentally_changed_your_WordPress_site_URL
  • Voilà et à présent je vous laisse gérer les problèmes innérents à un déménagement : les liens des images qui sont pérmés, les plug-in cassés, etc. Bon courage ! 🙂

Ne pas laisser passer LOPPSI 2 ! – Parti Pirate

Les Pirates sont vigilants, c’est une qualité requise pour naviguer !

Alors le Parti Pirate a décidé de ne pas laisser passer une loi aussi liberticide que LOPPSI 2.

Inquiétudes lors de sa préparation, protestations lors de son vote, discussions et tentatives de discussions avec les élus, alerte de nos députés respectifs… La loi a pourtant été votée et doit passer devant le Conseil Constitutionnel.

Aujourd’hui, je vous propose de découvrir  la saisine du Parti Pirate, très détaillée et argumentée.

Je vous propose aussi de signer la pétition du PP qui malgré sa jeunesse remporte déjà un franc succès. Le PP n’a pas d’élu actuellement en France, cette pétition va donc permettre à la tranche vigilante et libre de la population d’exprimer son ressentit sur cette loi.

Quelques reproches que je fais à LOPPSI2 :

  • Elle permet la censure de sites internet sans intervention d’un juge, simplement sur décision administrative. Cela se fera sous couvert de lutter contre la pédopornographie, mais la liste des sites censurés sera tenue secrète et l’ensemble de la procédure d’une opacité inquiétante.
  • Elle sera inefficace pour lutter contre la pédopornographie car en retard sur les technologie employées par les criminels concernés. En bref : de l’argent, de l’énergie gaspillé et des libertés restreintes pour un résultat nul. Ça rappelle le fiasco Hadopi…
  • Mélange de la police et des entreprises de sécurité privées.

Je vous invite donc à lire la saisine et à continuer à vous documenter, notamment via la presse (voir Numérama et la Quadrature du Net, engagés mais aussi très bien documentés ;).

Information pour les lyonnais : ce samedi à 14h, place des Terreaux, partira une manifestation anti-LOPPSI2. @ bientôt 🙂 Vous me trouverez près des drapeaux violets marqués d’un P.

Restez vigilants, restez à flots et voguez librement !